L’histoire du lycée

 Historique

Inauguré en 1964, le lycée les Eucalyptus résulte de la transformation du centre pour Centre_Apprentissage_EucalyptusP1apprentis Georges Lamarque en lycée technique d’Etat. Avant les Eucalyptus, le centre de formation Georges Lamarque. La genèse des Eucalyptus est liée à la situation de la France durant l’immédiate après-guerre, période de reconstruction du pays et de son appareil industriel. Dans ce contexte, Marcel Payan, directeur du centre de jeunesse de la Fondation Lenoir à Caucade, se voit confier la mission d’ouvrir un centre d’apprentissage destiné aux métiers de la métallurgie, du bâtiment et de l’automobile. Sous son égide est inauguré en mai 1946 le centre d’apprentissage Georges Lamarque, du nom d’un professeur agrégé fusillé par les Allemands, dont il assumera la direction pendant dix-huit années. Installé dans une villa belle époque, ancienne demeure d’Edouard Niemans, architecte notamment du Negresco, le centre sera aménagé  par les enseignants ainsi que par les premières promotions d’élèves. Il se verra également adjoindre des baraques US qui serviront d’ateliers. Pendant dix-huit ans, il formera toute une génération d’ouvriers pour le compte des entreprises locales, mais aussi de la municipalité de Nice. Ajusteurs, tourneurs, électriciens mais aussi maçons et menuisiers passeront par le centre pour acquérir les bases de leur métier et contribuer  au développement de la région.

La création du lycée

A l’orée des années soixante, alors que les Trente Glorieuses battent leur plein, le centre 1964b1 Le Lycée des Eucalyptusest appelé à étoffer son offre de formation et à proposer au public niçois des parcours scolaires plus ambitieux, à la mesure de l’essor économique et industriel du pays. C’est donc tout naturellement que l’on charge Marcel Payan, fondateur et directeur du centre, de mener à bien sa transformation en lycée technique. Cette mutation, qui nécessitera la construction de nouveaux bâtiments, s’opérera en quatre années, de 1960 à 1964 et s’achèvera par le déménagement de l’ensemble du lycée (salles de classe et administration) vers les nouveaux locaux. L’année 1964 marque donc la création du lycée technique d’état des Eucalyptus, qui accueille également un collège d’enseignement technique (CET) du même nom ainsi que des classes préparatoires à l’Ecole Nationale Supérieure des Arts et Métiers (ENSAM). Fort de ces atouts ainsi que de sa spécificité scientifique et technique, le lycée s’impose rapidement comme une référence dans le paysage scolaire niçois.

Une offre de formation ambitieuse

Le panel des formations dispensées aux Eucalyptus s’enrichit progressivement : l’an1951 Atelier de tôlerienée suivante est créé le Laboratoire d’automatique en Electronique et Electrotechnique, l’année d’après une section de Techniciens Supérieurs en Electronique et Electrotechnique, en 1968 une classe de Techniciens Supérieurs en Fabrication Mécanique, formation aujourd’hui intitulée Industrialisation en produits mécaniques (IPM). Il faudra attendre 1970 pour que soit ouverte la section de Technicien Supérieur Bureau d’Etudes (actuellement CPI) tandis que, la même année, un gymnase ainsi que des plateaux sportifs viendront compléter les équipements existants. Ultérieurement s’y adjoindront le GRETA, une classe de mathématiques spéciales,  ainsi que la section IRIS initialement nommée Techniciens Supérieurs en Informatique Industrielle (TSII). Comme le montre ce bref rappel historique, le lycée a su, durant toute son histoire, évoluer et proposer des enseignements en lien avec les mutations en cours. L’histoire des Eucalyptus n’est donc pas seulement celle d’un lycée qui s’est agrandi, mais celle d’un établissement qui vit avec son temps et sait préparer son public aux défis économiques et technologiques de l’avenir.

Marcel Payan, une vie au service des élèves.

Par l’exemplarité de son parcours professionnel, ses talents de pédagogue et 1945/46cd’organisateur, ainsi que le rôle crucial qu’il a joué dans le développement des Eucalyptus, Marcel Payan (1909-2006), fondateur du centre Georges Lamarque et du lycée des Eucalyptus, a fortement marqué de son empreinte l’histoire du lycée. Fils et petit-fils d’enseignants, ce descendant des « hussards noirs » de la République est aussi un enfant du pays, né à Entraunes.  Ayant eu la douleur de perdre prématurément son père, mort au champ d’honneur en août 1918, il devient pupille de la Nation à l’âge de 9 ans. Sa scolarité, effectuée à Grasse, puis à l’école Jules Ferry à Cannes et enfin à Nice au Cours complémentaire Rotschild, l’amène à se diriger vers l’enseignement. Il entre en 1926 à l’Ecole Normale de Nice, puis, à l’issue de sa formation, intègre en 1930 l’Ecole des officiers d’administration du service de santé des armées à Paris. Il mènera sa carrière d’instituteur d’abord dans le pays niçois, à Drap et à la Trinité-Victor avant d’enseigner en Nouvelle Calédonie (1932-1939) et en Algérie (1941-1942). De retour en France métropolitaine durant l’Occupation, il devient directeur d’école à Roquebrune Cap Martin. Ses fonctions lui permettent de protéger de nombreux enfants juifs pendant cette noire période. En 1944, il devient membre du Comité de Libération de la ville et, la même année, il est mobilisé,  avec le grade de capitaine, en tant que gestionnaire de l’hôpital militaire de Cannes, aménagé pour l’occasion dans les locaux de l’hôtel Majestic. Après avoir été nommé directeur-adjoint de l’Ecole des Métiers de Nice puis directeur du centre de jeunesse de la Fondation Lenoir à Caucade, il est chargé en 1945 de créer à Nice un centre d’apprentissage aux métiers du bâtiment, de la métallurgie et de l’automobile. L’école ouvre ses portes en mai 1946 et Marcel Payan en assurera la direction jusqu’à la création en 1964 du lycée des Eucalyptus, dont il deviendra Directeur des études, jusqu’à sa retraite, en 1967.

Pour en savoir plus : André Payan-Passeron, professeur et auteur de l’ouvrage Quelle Ecole et quels enseignants ? – Métamorphoses françaises sur trois générations, L’Harmattan 2006.  wikipedia, article « centre d’apprentissage »