LE FESTIVAL DU LIVRE FAIT DECOLLER DES ECRIVAINS EN HERBE

Festival du livre 2015 LOGO« C’est avec la jeunesse que tout décolle, avec elle qu’on s’envole » déclare Christian Estrosi, au moment de remettre aux jeunes primés leur récompense. Si la formule suscite l’adhésion, c’est bien parce qu’elle sonne juste.

Mais comment faire décoller la jeunesse ?  C’est simple par : L’éveil, la découverte, l’aventure, le partage de connaissances et de valeurs et l’émerveillement. Voilà l’ensemble des possibles que le « dispositif lecture pour tous »,  à l’origine de ce concours parvient à concrétiser.
Dans ces écrits, nous voguons….de la sirène déguisée en Miss France au chant des magiciennes qui utilisent les sms pour communiquer entre elles. Si chaque nouvelle nous plonge dans les rêves qu’évoquent pour nos imaginaires la Baie des Anges,  celui dédié à Camille Muffat  provoque une belle émotion.

Festival du livre 2015 BUn seul objectif, la lecture, une seule mission la partager ! Une ambition réalisable celle d’écrire ! Toutes ces impulsions ont été suscitées par les multiples rencontres avec Didier Van Cauwelaert, Franz-Olivier Giesbert et Astid Veillon  venus aux Eucalyptus pour faire naître le désir de créer en toute liberté et avec fantaisie….
Matthieu, Yaya, Ronan, Cédric, Asia et d’autres élèves de secondes professionnelles se sont lancés dans l’aventure en intégrant un atelier d’écriture monté en avril dernier par leur professeure de français. Rapidement, ils ont été plongés avec ‘ les sirènes en baie des Anges’, concours de la nouvelle 2015 organisé par la ville de Nice durant le festival du livre. L’écrit de Matthieu, a capté l’attention du jury qui l’a sélectionné:

Les Eucalyptus ont capté le chant des sirènes
sur leur radio interne

Dans la Baie des Anges, des gens parlent d’entités étranges que certains disent avoir vues ou entendues. On les appelle les « sirènes », un nom tiré des mythologies grecques et scandinaves représentant des femmes qui selon les histoires possèdent soit des ailes soit une queue de poisson. Elles sont une inspiration pour les artistes, une lueur d’amour pour tous et un message d’espoir pour ceux qui n’en ont pas. Présentes depuis maintenant des années, elles revêtent de nombreuses formes, possèdent beaucoup de noms et arborent plusieurs visages. Maintes personnes disent qu’elles ont entendu leurs chants ou contemplé leur beauté ; une beauté pure bien loin des standards actuels. Elles sont au cœur d’histoires merveilleuses et sont le fruit d’inspiration pour 1001 artistes.
 Il est dit que les sirènes symbolisent les âmes des morts et le nom de «  Baie des Anges » s’appelle ainsi pour cette raison. Il est raconté que les femmes qui décèdent tragiquement deviennent sirènes. La douleur se change alors en magie et bonheur car dès que les sirènes sont prêtes, après avoir longtemps nagées  dans les eaux claires et éclatantes de la Baie des Anges, elles gagnent rapidement la surface et bondissent hors de l’eau pour déployer leurs ailes dans un ballet majestueux où elles deviennent des anges. A ce moment, elles battent gracieusement de leurs ailes pour monter haut dans le ciel et atteindre le firmament où elles résideront et veilleront  sur Nice.
De tout temps les femmes de la baie sont devenues des sirènes. Il y en a une qui a un jour marquée à vie les gens qui ont eu la chance de la voir. Elle s’appelle Isabella Duncan. C’est une danseuse fabuleuse qui, lors de son ascension offrit  un spectacle époustouflant avec des foulards multicolores. Après avoir élégamment bondi hors de l’eau, Isabella tourna sur elle même pendant quelques secondes et ses ailes se déployèrent gracieusement  en une danse enivrante. Depuis ce jour, elle veille sur les côtes méditerranéennes du haut du ciel.
En 1543, on raconte que Catherine Ségurane, une bugadière niçoise  mit l’armée Turque en déroute en montrant son postérieur. Catherine est aussi devenue une sirène et éclaire la baie de son œil rieur.
En mars 2015, une remarquable sportive niçoise, a tragiquement disparu dans un accident d’hélicoptère. Depuis ce jour, elle est notre sirène, championne de natation qui nage et  protège les habitants de Nice et ses environs.
Ces trois extraordinaires femmes sont loin d’être les seules…
 Au lycée des Eucalyptus, la caméra E.U.C.A, créée par des élèves  d’électronique a capturé quelques images qui prouvent l’existence des sirènes. Sur ces clichés on peut y voir des formes sombres qui bondissent hors de l’eau et qui la seconde d’après s’envolent vers les nuages. Certains élèves ont vu ces photos et, un groupe de jeunes se met à produire des histoires à propos de ces sirènes. Les plus sceptiques diront que ce ne sont que des fabulations tirés d’esprits simples mais un autre événement capté à certains moments par la radio REK du lycée risque de changer la donne.
En effet, la radio calibrée sur une fréquence précise, émet des sons aussi aériens que ceux entendus dans les églises : somptueux et à la fois surnaturels. Ces chants sont perceptibles par à-coups. Il est donc rare d’entendre la voix des sirènes. Mais c’est cette rareté qui donne au mythe toute sa saveur et sa beauté.
 Il y a maintenant un intérêt particulier qui s’est formé autour du mythe des sirènes et des anges. Certains pensent qu’elles accompagnent les avions, d’autres les bateaux et chacun rêve secrètement de les rencontrer un jour. Nombreux sont ceux et celles qui fabulent quant à leur existence, s’inspirent de leur beauté et de leur grâce et il y en a même qui y croient dur comme fer et tentent par tous les moyens d’affirmer leur existence. Le fait est, qu’on entendra parler encore longtemps d’elles ; elles n’arrêteront jamais de chanter pour nous, de veiller sur nous et, qui sait ? Cette histoire n’est peut-être pas qu’un mythe…
 Par Matthieu DORCHIES, élève de seconde professionnelle de mécanique automobile au lycée des Eucalyptus.

 

«  Le Salon du Livre a donné un nouveau souffle à ma motivation et je remercie la ville de Nice pour l’avoir organisé, et je remercie aussi le lycée des Eucalyptus et le club d’écriture de Madame Géhin pour m’avoir aidé lors de cette belle aventure.  »

Dedicace festival du livre 2015En résumé folle journée rythmée par l’échange des candidats autour d’un repas et des dédicaces qui en font de futures célébrités….
Gageons que pour Matthieu ce n’est qu’un début …où la mécanique des fluides rejoint celle des mots ; notre écrivain en herbe use du carburant de son imaginaire pour élargir son horizon sans cesse en évolution car  déjà remarqué par la Fondation de France, puis récompensé par la Barclays de Monaco, Matthieu décolle et s’offre un voyage au cœur de « Lectures pour tous  »!
Ses rêves pour nous envoler, sa jeunesse pour nous étonner !

N.G

MERCI AUX ORGANISATEURS : Jean Luc GAG : conseiller municipal délégué au patrimoine à la littérature, à la lutte contre l’illettrisme, au théâtre et à la langue niçoise. Mme Elisabeth Adamantiadis : Responsable du concours et au Photographe: Luc Josia-albertini
Photo en plus petit des dédicaces en clôture après les remerciements

Festival du livre 2015 photo 1